Vous êtes dans : Accueil > Vivre à Ars > Jumelage

Jumelage

La commune d’Ars sur Formans est jumelée avec le petit village bavarois de Freihalden, situé au sud de l’Allemagne, entre Ulm et Augsburg.

Comment ce jumelage a-t-il vu le jour ?

A l’initiative de ces liens fraternels et conviviaux, un homme : Eugen ROGG.

Dès la fin de la seconde guerre mondiale, laissant son poste d’intendant, Eugen retrouva son village et ses proches à Freihalden. Il ne cessa dès lors de souhaiter vivement le rapprochement, la réconciliation des peuples français et allemands, tous deux meurtris par les horreurs de la guerre et du nazisme.

Par ailleurs, Eugen avait toujours été très attiré par la figure du saint Curé. Il venait fréquemment à Ars. Il aimait Ars.

Il portait le désir de nouer des liens resserrés et chaleureux entre son propre village et son village de cœur. Et pourquoi pas, rassembler un jour, par le biais d’un jumelage, les français d’Ars et les allemands de Freihalden. Avec ténacité et conviction, il œuvra patiemment auprès des maires et curés des deux villages pour que cette idée devienne un jour réalité.

Grâce à lui, nos deux communes ont signé un serment de jumelage en 1976 à Freihalden, puis en 1977 à Ars. Depuis lors, sans discontinuité, les comités de jumelage des deux communes organisent alternativement un voyage fraternel et touristique, à l’Ascension, tantôt en France tantôt en Allemagne.

A sa mesure, mais réellement et avec fidélité, le jumelage Ars-Freihalden est le symbole que l’amitié peut et doit dépasser l’histoire douloureuse de nos deux peuples. Ce jumelage a permis de tisser des liens affectifs très chaleureux et durables entre les familles.

L’Europe a un sens concret à Ars.

Le 24 mai 2009, la mémoire de cet homme de paix  a été honorée par l’inauguration du « passage Eugen ROGG » au cœur même du village d’Ars, dans le prolongement de la place Freihalden, là où passent chaque année, des centaines de milliers de pèlerins et visiteurs d’Europe et du monde entier.  Tout un symbole !

Le livre « Ars, une grande histoire ! » consacre six longues pages, traduites en allemand, à cette lumineuse et magnifique œuvre.